Le Saint Patron du GEMRC2019-02-28T17:33:54+00:00

Le Saint Patron du GEMRC: Saint Jean de Brébeuf

La sélection de notre Saint Patron

Par le brigadier-général (à la retraite) J.I. Hanson

La sélection d’un saint patron pour le GEMRC est une initiative du Colonel Gilles Nappert alors qu’il était commandant de l’École du Génie électrique et mécanique des Forces canadiennes (EGEFC). Lors de sa recherche pour identifier un candidat acceptable, il a tout d’abord considéré Saint Eloi le patron de nos collègues britanniques du REME. Suite à une discussion avec moi (le commandant de la base des Forces canadiennes (BFC) Borden du temps -éd.), je lui ai suggéré d’orienter notre recherche vers un saint plus «canadien».

Compte tenu que ni le Col Nappert ni moi n’avaient personnellement rencontré un saint, canadien ou pas, et que la possibilité que cela se produise dans un avenir rapproché était à toute fin utile nulle, nous avons décidé de consulter le major Pierre Doyon, aumônier catholique de la BFC Borden. Le Père Doyon nous a rapidement mis en rapport avec Mme Cecilia Hartley, une experte en la matière.

Subséquemment, un déjeuner-rencontre avec Mme Hartley a eu lieu à Borden le 9 décembre 1986. Au cours de la discussion, nous avons découvert que le regretté M. Hartley s’était joint au Service de l’Ordonnance royale canadienne en 1941 et avait été recruté comme sergent mécanicien en 1945; il était donc fort possiblement un des membres fondateurs du GEMRC. Les Hartley ont vécu en Huronie pendant quelques années après la guerre et c’est lors de cette période qu’ils se sont intéressé aux saints martyrs canadiens. Mme Hartley nous a donné beaucoup d’information sur la vie de Jean de Brébeuf.

Nous avons appris que Brébeuf était un vrai «Soldat du Christ», qui dans sa vie a démontré des qualités de chef d’un niveau exceptionnel autant en ce qui a trait au courage, à l’intégrité, au dévouement, à la loyauté qu’à la compassion pour sa communauté. Habile linguiste, il était un des rares missionnaires à pouvoir maîtriser pleinement les difficultés de la langue huronne. Il possédait également certaines notions du génie militaire et a participé, entre autres, à la construction des fortifications et de l’aqueduc de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons.

Lorsque les Hurons ont été menacés par les Iroquois, à la fin de l’année 1648, il a démontré une bravoure et un leadership exemplaires en demeurant avec eux. Son dévouement lui a coûté la vie; il a été capturé et torturé à mort par un groupe d’Iroquois le 16 mars 1649. L’endroit où il a été martyrisé se situe à quelques kilomètres à peine de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons, où reposent ses restes. Sainte-Marie est à proximité de la BFC Borden et de l’EGEMFC.

Le leadership exceptionnel démontré par Jean de Brébeuf, conjugué à ses multiples qualités de soldat, font de lui un candidat pleinement acceptable et hautement recommandable au titre de saint patron du service du GEMRC. Sa proche affiliation avec le Canada et avec la Huronie, où notre École est maintenant située, renforce cette recommandation. L’Aumônier général catholique nous a fait part que le choix d’un saint patron pour des groupes qui ne sont pas exclusivement catholiques, se fait normalement parmi les saints ayant vécus avant la Réforme protestante. Nonobstant, le Service du GEMRC demeure convaincu que Jean de Brébeuf est «l’homme de la situation». L’Aumônier général a donc fait exception, et Saint jean de Brébeuf est ainsi devenu le saint patron du service du Corps du GEMRC.